cleveracademy

La sagesse des foules. Qui l’a inventée ?

Aucun autre pays au monde ne connaît une démocratie aussi directe que la Suisse. Depuis bien plus de 100 ans, les Suisses participent aux décisions plus ou moins importantes de l’Etat, du canton, mais aussi de la commune. Nous avons l’habitude d’avoir une voix et nous l’utilisons. Avouons que nous sommes un peu critiques : durant la législature en cours (2015-2019), nous avons voté 33 fois au niveau national et nous n’avons dit OUI qu’à 14 reprises (42 %). Il faut donc de bons arguments pour convaincre le peuple suisse.

Notre système a ceci de fascinant que nous votons de manière presque évidente sur des thèmes parfois extrêmement complexes que même les experts ne saisissent pas dans leur globalité ; dernièrement par exemple sur la loi sur l’énergie ou la réforme de l’imposition des entreprises. Bien qu’à peine un pour cent de la population suisse ne maîtrise les questions fiscales ou d’énergie, chaque voix compte autant. Le succès de la Suisse, en tant qu’économie mais aussi en tant que société, donne raison au système. En réalité, il ne s’agit pas uniquement pour la Suisse de prendre de bonnes décisions. Chacun doit aussi se sentir impliqué et assumer la responsabilité des décisions et pouvoir s’y identifier.

La démocratie directe que nous vivons en Suisse depuis des générations n’est finalement rien d’autre que l’expression pure de la « sagesse des foules ».

La notion de « sagesse des foules » nous vient du journaliste et écrivain américain James Surowiecki qui a décrit dans son livre éponyme de 2004 pourquoi (et dans quelles circonstances) les groupes sont plus malins que les individus (titre original : The wisdom of crowds). Malheureusement, il n’a pas cité la démocratie suisse en tant qu’incarnation de sa théorie. C’est certainement un oubli, d’autant que les deux principaux éléments pour que la sagesse des foules puisse voir le jour sont mis en œuvre à la lettre : à savoir la diversité de l’opinion (chacun a une voix) et l’indépendance (vote anonyme).

Avec clevercircles, nous combinons intuitivement le principe de la sagesse des foules avec les placements. Le fait que je doive acheter plus d’actions ou plus d’obligations dépend en effet de l’évolution des marchés, par exemple de la hausse ou de la baisse des taux d’intérêt. Personne ne connaît l’avenir, nous devons donc l’estimer. En matière d’estimation, nous obtenons de meilleurs résultats avec des avis différents, indépendants. Chacun peut ainsi participer sur clevercircles et exprimer sa voix. Nous renonçons au jargon financier et posons des questions intuitives. La manière dont nous posons les questions est déterminante pour que chacun puisse y répondre. Dans le cas contraire, il n’y pas de diversité des opinions et nous évoluons de nouveau dans le biotope uniforme des acteurs de la finance, des analystes et des professionnels auto-proclamés de la bourse. Or nous savons que leurs estimations sont souvent erronées et pas seulement depuis le Brexit ou Donald Trump !

Aussi, s’il existe bien un inventeur de la sagesse des foules, c’est la Suisse ! Une communauté qui applique cette intelligence collective dans cette forme pure depuis tant de décennie peut s’en revendiquer.

Nous sommes donc particulièrement heureux de présenter clevercircles comme une invention suisse, élaborée à 100 % en Suisse et adaptée à 100 % aux besoins de la clientèle de placement suisse.

Clevercircles repose sur ce qui fait la force de la Suisse : la qualité, la diversité des opinions et la liberté de décision individuelle.

VOTRE VOIX COMPTE !
Avec clevercircles, vous gérez vos placements et n’êtes pas seulement spectateur.


Stories

Dernières nouvelles de et avec clevercircles

/
Voir tous les stories

clevercircles App

clevercircles toujours avec vous ! Téléchargez l'application maintenant et suivez la performance.

Téléchargez maintenant:
app-store Get it on Google Play
iphone