News

Quelle allocation d’actifs pour 2020 ? Des professionnels fournissent des réponses claires.

Chez clevercircles, nous nous sommes fixé pour objectif de nous concentrer sur l’essentiel tout en favorisant le partage ouvert d’opinions. La répartition des classes d’actifs, autrement dit l’allocation d’actifs, est l’élément fondamental d’un portefeuille. À l’aube de la nouvelle année, nous nous sommes posé la question suivante : quelle doit être la pondération des différentes classes d’actifs ?

Nous avons interrogé non pas un, mais plusieurs experts financiers indépendants, qui nous ont fourni des réponses claires. Il se dégage de leurs réponses un tableau intéressant sur lequel vous pouvez vous appuyer pour prendre vos décisions. Dans certains domaines, les avis se rejoignent, dans d’autres, ils divergent nettement.

Contrôlez votre propre allocation d’actifs ! Sur clevercircles, vous pouvez modifier la répartition de vos actifs à long terme sous STRATEGIE. Chaque restructuration ou chaque rééquilibrage (rebalancing) que vous demandez pendant une phase de restructuration sera alors calculé(e) en fonction de votre nouvelle stratégie.

 

Remarque : les déclarations ci-dessous se rapportent à un portefeuille « Balanced » (équilibré) avec profil risque/rendement moyen. Tous les professionnels interrogés sont des participants actifs au sein de la communauté clevercircles que vous pouvez inviter dans votre propre Circle : Daniel Manser de Derivative Partners AG (payoff.ch), Christian Freihofer (Prospera-Invest.ch), Jürg Bosshart (derkursstimmt.ch) et Hans-Georg Vetter (DeinAnlageberater.ch).

Cliquez ici pour en savoir plus sur nos professionnels !

 

Actions

Les portefeuilles de référence des professionnels interrogés affichent une quote-part d’actions moyenne de 32 %, les actions américaines ayant la pondération la plus élevée (plus de 10 % en moyenne). Les actions suisses et européennes se placent respectivement en deuxième et troisième positions.

Daniel Manser, de Derivative Partners, s’attend à une évolution intéressante des actions dans les pays émergents – Chine incluse – et leur attribue une pondération de 10 % : « Le potentiel de croissance des bénéfices reste élevé et attrayant pour les titres américains et suisses. Les bénéfices des entreprises dans les pays émergents se stabiliseront, avant d’amorcer une lente croissance. »

Avec une quote-part d’actions de 25 %, Christian Freihofer adopte la position la plus défensive : « La valorisation des actions est extrêmement ambitieuse, surtout aux États-Unis et en Suisse. Le PER de Shiller (ratio cours / bénéfices) pour le S&P 500, par exemple, se situe au niveau de 1929, avec une valeur nettement supérieure à 30. Il est cependant bien possible que les actions continuent d’évoluer de manière positive, en particulier dans le contexte des élections présidentielles aux États-Unis. »

 

Obligations

La majorité des investisseurs professionnels interrogés sous-pondèrent nettement les obligations par rapport aux autres classes d’actifs. Deux d’entre eux les ont même supprimées de leur portefeuille avec allocation d’actifs équilibrée. Manser s’exprime à ce sujet : « Du fait de leurs rendements réels négatifs, les obligations ne sont toujours pas attrayantes. Les obligations en dollars US font figure d’exception à cet égard. »

Il ne faut néanmoins pas sous-estimer les obligations en tant qu’éléments de diversification et de réduction du risque. Hans-Georg Vetter de deinanlageberater.ch, qui continue de miser sur les obligations, avance les arguments suivants : « Les obligations diminuent le risque global dans un portefeuille, mais cela a désormais un coût plus élevé, malheureusement. Selon nous, leur intérêt réside donc dans la réduction du risque plutôt que dans les perspectives de bénéfices. »

Le tableau ci-dessus présente l’allocation d’actifs équilibrée de nos professionnels. Les chiffres représentent la pondération des classes d'actives en %.
Le tableau ci-dessus présente l’allocation d’actifs équilibrée de nos professionnels. Les chiffres représentent la pondération des classes d'actives en %.

 

Immobilier

Les professionnels interrogés sont majoritairement favorables à la classe d’actifs Immobilier, allant pour certains jusqu’à la pondérer à 40 %. À noter que l’immobilier suisse est privilégié, avec une quote-part de 17 % en moyenne. Freihofer, qui attribue la pondération la plus faible à l’immobilier, estime que les signes de surchauffe sont de plus en plus nombreux, principalement en Suisse et dans la zone Euro. « Nous nous garderons bien de faire de nouveaux placements dans ce domaine », explique-t-il.

Manser mise quant à lui sur l’immobilier, en s’appuyant sur son hypothèse selon laquelle « la tendance à la hausse des prix de l’immobilier se poursuivra en 2020 ».

 

Matières premières

Les matières premières constituent un élément fondamental des portefeuilles de nos professionnels. Jürg Bosshart, en particulier, est d’avis que sa quote-part élevée de 40 % est justifiée et qu’elle pourrait même grimper à 50 % dans l’anticipation d’une éventuelle correction des cours des actions.

Les quatre professionnels interrogés sont unanimes : l’accent doit être mis sur l’or dans cette classe d’actifs. En effet, ils attribuent tous à l’or une pondération d’au moins 5 %.

Selon C. Freihofer, l’or évolue de nouveau dans un marché haussier depuis au moins l’automne 2017 et, par comparaison avec d’autres classes d’actifs, son ratio risques / opportunités est de loin le plus intéressant. Un autre argument confirmé par H.-G. Vetter et D. Manser réside dans le fait que l’or est une monnaie de crise constituant une garantie supplémentaire pour tout portefeuille.

Les professionnels sont également unanimes en ce qui concerne le pétrole brut : ils invitent à la prudence, voire excluent totalement le pétrole de leur portefeuille. J. Bosshart mentionne que le cours du pétrole est un indicateur avancé de la conjoncture et que son évolution dépend entièrement de la politique mondiale.

Déjà lors du vote de mai 2018, la communauté a déclaré presque unanimement que l'or est une classe d'actifs intéressante. Voici un extrait des résultats du vote de mai 2018.
Déjà lors du vote de mai 2018, la communauté a déclaré presque unanimement que l'or est une classe d'actifs intéressante. Voici un extrait des résultats du vote de mai 2018.

 

Liquidités

Bosshart et C. Freihofer se prononcent en faveur d’une augmentation des liquidités au sein du portefeuille en utilisant les prises de bénéfices sur les actions. Ainsi, les investisseurs auront « de l’argent pour racheter des actions à bas prix » après une correction des cours des actions, estime J. Bosshart.

Freihofer explique : « Alors que quasiment tous les actifs affichent actuellement des valorisations historiquement élevées, nous considérons qu’un haut niveau de liquidités est opportun. Dans notre allocation d’actifs, les liquidités font par ailleurs office de substituts aux obligations, parmi lesquelles seules celles en dollars affichent encore des rendements à l’échéance positifs. Nous augmenterons progressivement la pondération des liquidités dans le courant de l’année prochaine, lorsque nous vendrons des positions en actions qui ont enregistré de bonnes performances jusqu’alors. »

 

Évaluations professionnelles des marchés pour votre Circle

Sur clevercircles, vous dirigez votre propre comité d’investissement, que nous nommons « Circle ». Vous pouvez décider librement qui fait partie de votre « Circle ». Vous pouvez y inclure entre autres de nombreux experts en placements et journalistes financiers.

 

Veuillez aussi lire les perspectives de Mario Geniale, CIO de Banque CIC et le user le plus populair sur clevercircles:

2020 Perspectives Mario Geniale – Responsable des investissements à la Banque CIC

Mario Geniale, Chief Investment Officer, Banque CIC (Suisse) SA
Mario Geniale, Chief Investment Officer, Banque CIC (Suisse) SA

clevercircles App

clevercircles toujours avec vous ! Téléchargez l'application maintenant et suivez la performance.

Téléchargez maintenant:
app-store Get it on Google Play
iphone